• Chapitre XXV

     Pendant qu'Evy se faisait emprisonner par Alioc, qu'Alklor subissait une crise de jalousie de sa boule de cristal et qu'Opalyia discutait avec Wardyolinia, Izyl et Ivy affrontaient des soldats d'Alioc, alors qu'elles allaient retrouver leurs congénères les fées afin de les rassembler, en vue d'une éventuelle attaque du château.

    "Tu crois qu'ils sont nombreux ?" Chuchota Ivy à Izyl.

     Chapitre XXV

    - Je n'en sais rien, Ivy. Mais tiens toi prête à tirer, on ne sait jamais !

    Chapitre XXV

    - Je suis toujours prête, Izyl, tu sais très bien que j'adore utiliser cet arc."

    Un soldat surgit de derrière un mur.

    Chapitre XXV

    "Stop! Ou, je tire" Cria Izyl.

    Le militaire ne l'écouta pas, et Izyl décocha sa flèche, et le soldat s'écroula.

    Chapitre XXV

    Deux autres militaires arrivèrent en courant.

    "Halte ! Ou on tire" cria Ivy.

     Les deux militaires s'arrêtèrent, sans hésiter.

    "Ne tirez pas ! S'il vous plait" crièrent-ils à leur tour. "Nous ne voulons pas nous battre, nous ne voulons pas la guerre."

    Chapitre XXV

      Les deux fées furent surprises de cette réaction. Pour la première fois, elles entendaient des soldats de l'armée d'Alioc dire ouvertement qu'ils ne voulaient pas faire la guerre.

    Chapitre XXV

    L'un d'eux ajouta:

     " Nous ne sommes pas des guerriers, nous sommes de simple fermiers enrôlés de force par l'armée d'un dénommé Alioc. Il parait qu'il va devenir notre empereur. Tous les fermiers qui ont refusé de s'engager, ont vu leurs femmes et enfants se faire égorger,  avant de se faire eux même exécuter. Nous, nos femmes et enfants ont été obligés de travailler pour Alioc. Les enfants travaillaient dans des champs appartenant à la famille impériale, et Nos femmes étaient affectées dans des maisons réservées au plaisirs des officiers des armées d'Alioc. Il nous avait été promis que tous, nous, seraient rendus sains et saufs, une fois qu'Alioc serait couronné Empereur. Mais, on a appris que la maison où étaient nos femmes, avait été brulée avec toutes les femmes dedans, car certaines avaient résisté aux officiers et tenté de se révolter; et que les enfants de ces dernières avaient été pendus, sur la place publique, comme enfants de traitresses à l'Empire. L'Empire justifiait ces exécutions, car il ne pouvait pas se permettre de garder, en son sein, le fruit de traitresses, donc des traites potentiels ! Nous n'avons donc plus de famille. Nous voulons que tout ça s'arrête et que cet Alioc paie pour tous ces horribles crimes ! Ne nous tuez pas ! On vous en supplie ! Nous feront tout pour vous aider à combattre ce monstre !"

    Chapitre XXV

     - A en croire vos auras, vous dites vrai." Dit Izyl. " C'est d'accord, vous allez nous accompagner sur les terres des fées, nous devons y monter une armée contre Alioc.

    - Vous n'y trouverez plus de fées, la-bas." dit l'un des deux hommes. "Elles sont en route vers la forêt du château. Nous le savons, car nous revenons de vos terres, notre régiment était, la-bas. Il avait ordre d'anéantir et d'exterminer toutes les fées, mais, ce sont elles qui ont exterminé le régiment! Vous êtes de vrais furies au combat, mais vous avez grand cœur, vous laissez libres et vivants, ceux qui refusent de se battre pour Alioc. Vos consœurs nous ont laissés vivants et libres, car nous n'avons pas combattu contre elles. En fait, nous n'avons pas du tout pris par au combat, nous sous sommes cachés dans des buissons.

    - Alors, pourquoi, si vous ne vouliez pas nous combattre, votre collègue ne s'est pas arrêté quand je le lui ai demandé, et s'est jetait sur nous ?" Demanda Izyl.

    Chapitre XXV

    - Ah! Lui ! ... C'est un officier, sorcier, entièrement dévoué à la cause d'Alioc. On était ses prisonniers, depuis que vos consœurs se sont envolées vers la forêt du château. ils nous tenait par un sort qu'il nous a lancé et qui a disparu dès que vous l'avez tué. Il voulait nous faire juger et exécuter par une cours martiale, pour trahison, car nous n'avons pas combattu. Lui, il avait été laissé vivant, par vos consœurs, car elles voulaient qu'il remette à Alioc, un messages, pour demander la libération d'une des votre.

    - Ça, c'est pour Evy." Reprit Ivy. "Elles sont trop naïves, elles s'imaginent qu'elles font peur à Alioc, et qu'il cédera sur un simple message. Alioc n'a pas peur de nous, même si, réellement, il devrait se méfier et avoir peur, de nous les fées.

    - Trêve de bavardages." Dit Izyl. " Ivy, nous, nous partons les rejoindre dans la forêt du château. Vous deux! Vous êtes libres de nous suivre ou pas. Je doute de votre efficacité au combat, mais vous serez plus en sécurité avec nous, que dans vos champs, à la merci d'un nouvel enrôlage de force, voire d'une exécution, si vous êtes reconnu comme déserteur de l'armée d'Alioc ... Allez en route !

     

     


  • Commentaires

    3
    Vanille
    Mercredi 27 Juillet 2016 à 22:43

    Ben dis donc je ne m'attendais pas à cela mais si ces soldats aident réellement les fées tant mieux ! Le principal est qu'Alioc et cette nuche d'Azurya paient pour leur méchancetés! Hâte de lire la suite !

    Toujours aussi bien écrit et très belle images en tout cas ! Bravo yo!yes

    2
    Mercredi 27 Juillet 2016 à 22:30

    Je ne m'attendais pas à une rebellion des humains dans cette guerre d'êtres surnaturels.

    Ils ne sont pas à sous estimer même si paysans car l'union fait la force!

    Bon courage à tous nos gentils protagonistes pour le dénouement et bon courage à toi pour la scene finale!!!

    Tout plein de bisous ;)

    Pink

    1
    Mardi 26 Juillet 2016 à 17:59

    Charmantes mais redoutables ces petites fées! elles ne ratent pas leurs cibles...lol... Superbes les screens. La révolte gronde... le peuple s'insurge yes La sentence finale approche avec le suspens habituel. Que nous promet la fin de cette belle histoire?? Bravo en tout cas. Tout cela est bien ficelé et rondement mené. Bonne soirée mon Ami. Bises.  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :